Finies les folles cavalcades dans le sud Bolivien, nous remontons progressivement vers le nord et faisons escale à Potosi.

La ville de Potosi est reconnue pour être la ville la plus haute au monde avec ses 4070m et quelques centimètres mais elle est également célèbre pour sa mine, véritable ressource de métaux rares au cœur de la Bolivie.

On nous avait parlé de la visite de la mine sans trop savoir à quoi nous attendre, une fois n’est pas coutume nous faisons confiance et fonçons! La visite très bien faite, sur une durée de 5 heures, nous a fait retracer le quotidien d’un mineur.

 

Potosi, le mercado des mineurs

Nous passons en premier par la case habillage ou l’on nous fournit les protections nécessaires pour ne pas se salir et les protections minimales pour évoluer dans la mine. Très amusés par cet attirail, nous nous trouvons une plus forte ressemblance avec un poilu de 14 qu’avec un mineur.

Plus tard, nous faisons un arrêt au mercado des mineurs, tout un quartier rempli de tiendas spécialisées pour les mineurs. Notre guide nous emmène dans l’une d’elle où les mineurs peuvent acheter tout leur matériel, pelles, lampes, casques, sacs et dynamite. Oui, vous pouvez acheter de la dymanite dans la rue! Nous y avons également gouté l’alcool des mineurs, 96 %, dont ils s’imbibent chaque matin en guise de prière. Nous avons trouvé une forte ressemblance avec l’alcool à bruler! (Bon marché, 1,5€ le litre).

marché des mineurs potosi
Marché des mineurs, Potosi – Bolivie
 

 

Coutume locale ou exagération touristique, notre guide nous invite à acheter boissons, feuilles de coca et dynamite pour offrir aux mineurs.
 

 

Visite de la candelaria, mine de Potosi

 

Après l’étape habillage, un arrêt au marché des mineurs et une petite explication sur la transformation des métaux, nous arrivons enfin à la mine La candelaria, principal lieux d’extraction de métaux de Potosi.

candelaria potosi
Mine de métaux dominant la ville de Potosi


 
Nous arrivons dans une sorte de village en bois à flanc de montagne où les mineurs stockent leur matériel après leurs journées de travail. Nous nous trouvons dans le groupe « chicken fucker », 7 personnes réunies pour une version English de la visite prodiguée par un guide à l’accent très hispanique.

Le guide nous dirige vers l’entrée de la mine, un étroit passage assez bas de plafond et sans éclairage, c’est d’ailleurs pour cela que l’on a de superbes lampes frontales sur nos casques !

mine de la candelaria potosi entree
Entrée de la mine la candelaria Potosi
Nous partons de 4300m pour descendre 70 m plus bas dans les différents niveaux de la mine, notre guide nous prévient votre respiration sera un peu altérée (on s’en fout on est des héros). D’ailleurs à ce propos lors de la séquence habillage, nous étaient proposés en supplément des foulards (De corné) pour nous protéger… Inutile de vous dire que les souvenirs à la con ce n’est pas notre truc.
SONY DSC
Apprentis mineurs partant au travail

Nous entamons donc la première marche dans ce tunnel, le dos courbé pour arriver dans une première pièce ou se trouvent différentes statues. Ces statues représentent les divinités vénérées par les mineurs dont le diable, seigneur du monde souterrain. Passage comique, notre guide allume une cigarette dans la bouche de la statue pour bénir notre descente.

offrande potosi
Le diable divinité des profondeurs
Nous nous enfonçons un peu plus dans cette mine et l’air devient un peu plus lourd (beaucoup) le guide nous explique que ce sont les reflux de souffre et d’arsenic qui nous grattent la gorge et qu’ils sont aussi l’une des principales causes de mortalité des mineurs.

L’air devenant lourd (très lourd) nos 4 amies Russes et Autrichiennes abandonnent la partie avant même d’avoir passé le premier niveau. Nous autres aventuriers décidons de continuer même si les vapeurs me piquent convenablement les yeux et que l’asthme de Caramelo le rappelle à l’ordre.

air irrespirable potosi candelaria
Respiration difficile dans la mine de Potosi, bob cochonou sauveur

C’est en fait en voyant le passage vers le second niveau que l’autre moitié du groupe à abandonné, un foutu toboggan de glaise.

descente dans la mine de potosi bolivie
Descente vers le second niveau de la mine, attention glissant

N’étant plus que 3 nous suivons notre guide dans ce parcours du combattant, tantôt sur les fesses, tantôt les mains dans la boue. Oui vous l’aurez remarqué, on est bien loin des standards européens en matière de sécurité des lieux touristiques.

chemin-etroit-mine-de-potosi-mineur
Passages étroits par lesquels passent quotidiennement les mineurs
guide mine de potosi
Descente au troisième niveau, notre guide mâche sa coca…

Arrivés au second niveau nous avons le droit à un petit cours sur l’histoire de la mine, un passage plutôt éloigné de nos normes…

La montagne est un véritable gruyère et comporte 500 km de tunnels. Travaillent dedans 80 mineurs à année entière.

La Bolivie interdit le travail des mineurs mais ne contrôle pas le travail dans les mines, ainsi certains mineurs n’ont que 13 ans. L’espérance de vie d’un mineur ne dépasse pas les 55 ans à cause des vapeurs et gaz inhalés à longueur de journée. La mort la plus commune, la silicose !

Ces mineurs qui travaillent 8h par jour à la lueur d’une lampe ne mangent pas de la journée car le souffre et l’Arsenic omniprésents mélangés à la nourriture accentuent les problèmes intestinaux, par conséquent ils ne se nourrissent que des protéines fournies par les feuilles de coca mâchées à longueur de journée.

mineurs potosi
Mineurs au travail (ou représentation..)
Le salaire d’un mineur peut varier de 8000 bolivianos à 500 bolivianos (800 – 50 €) en fonction des équipes et des filons.
Arrivés au 3ème sous-sol, l’air devient plus respirable et nous poursuivons notre balade à la lampe dans ce dédale de couloirs en glaise. régulièrement nous nous baissons pour éviter des poutres cassées ou endommagées. Nous sentons petit à petit l’eau envahir nos bottes de fortune au fil de la visite.

Après 2h dans la mine, pas mécontents d’apercevoir le jour pointer au bout d’un couloir, nous ressortons fatigués mais néanmoins très heureux de cette découverte.

aventuriers-mineurs-mine-de-potosi-bolivie
Nous revoilà mères, survivants de la mine
Les héros se doivent de revenir !
La partie visitée, annoncée comme étant un lieu de travail quotidien des mineurs s’avère finalement être un lieu de passage entre les différents lieux d’extraction mais il est clair que les conditions ne sont pas meilleures plus loin dans les tunnels.
Après notre sortie, nous voyons sortir plusieurs groupes de mineurs dont certains très jeunes et il faut le dire complètement ivres, une image un peu choquante qui nous a laissés imaginer la difficulté du travail.
Pour résumer, cette visite de la mine sous ses aspects touristiques est une vraie mission car les conditions d’accès ne sont vraiment pas communes, je crois que je n’ai jamais visité de « lieu touristique » si dangereux.
Cela nous a permis de voir au plus près les conditions de travail et de constater une fois de plus que notre condition d’européens n’est vraiment pas à plaindre.
Etape suivante: Après cet arrêt à Potosi, nous partons pour Sucre, la capitale Bolivienne pour une dernière étape avant de se rendre au carnaval le plus couru de Bolivie.
Check-list: Vivre 5 h dans la peau et les vêtements d’un mineur bolivien: CHECK