Rencontre improbable en Laponie au détour d’un chemin

La veille de notre arrivée en Laponie, nous prévoyons de camper près de Lüleä, sur la côte Suédoise au nord de la mer Botnienne.
Comme à notre habitude, nous checkons Google Maps en vue aérienne pour dénicher un petit coin sexy pour passer la nuit.

Trois coups d’épée dans l’eau plus tard, Maloud s’emmanche dans un chemin boisé et là… nous tombons nez à nez avec une autre 4l Trophy.
Autant vous dire que nous avons eu un smile à s’en décrocher les gencives. D’autant plus que nous étions le 14 Juillet.
Nous avons donc célébré la fête nationale autour d’un fabuleux repas. Saucisses et Steacks au Barbecue, accompagnés de pommes de terre à la braise et pour finir un camembert à la braise -> ROYAL.

Nos nouveaux amis, la Famille Heckler part pour un road trip jusqu’au Cercle Polaire tout comme nous. Ils prevoient aussi avec une halte chez le père noël + une halte à Moscou et Saint Pétersbourg (la ville des amoureux) pour finir sa course à Prague.
Une belle rencontre et une sacrée belle soirée (encore un soleil qui a oublié de se coucher).

Un accueil magique pour notre arrivée en Laponie

Nou traversons la Laponie pour de se rapprocher du nord et d’aller faire une ou deux petites randonnées. En effet, elle est toute proche des grands parcs nationaux Suédois situés au nord du pays.
La Laponie, ce sont de grandes routes qui jouent les montagnes russes et sespompes à essence tous les 100 ou 150km. Ce sont aussi des sapins, des sapins et encore des sapins et surtout des dizaine de panneaux “Attention aux bêtes”.

Et oui en Laponie, il y a des rennes en liberté mais aussi des élans. Nous étions comme 3 gosses à l’affut du moindre mouvement dans les fourrés, espérant apercevoir notre première grosse bestiole en liberté. Au détour d’un chemin, surexcités, nous apercevons un élan et quelques rennes, fous de joie nous les observons quelques minutes.
Un peu plus loin, nous sommes bloqués sur la route par un troupeau de rennes marchant paisiblement sur le bitume. Les rennes sont un peu à l’image Suédoise, Ni pas trop trop vite, ni trop beaucoup vite. (Regardez la vidéo)

Rencontre avec les Sami

Avant que vous ne vous posiez la question, les Sami ne sont ni des poissons de dessin animé ni des chauffeurs de taxi marseillais.
Les Sami, sont un peuple autochtone originaire de Laponie.  Leur zone qui couvre le nord de la Suède, de la Norvège et de la Finlande ainsi que la péninsule de Kola en Russie. Les Sami sont de pères en fils (et filles) éleveurs de rennes. Nous nous sommes donc rendus au centre Sami de Batsuoji, à l’Ouest de Lüleä. Là bas, nous avons rencontré une Sami qui nous a fait découvrir son peuple.

Historiquement les Sami se déplaçaient avec leurs troupeaux de rennes qui trouvaient à manger par eux-mêmes. En hiver, l’horloge interne des rennes les fait migrer vers la côte. Il y fait plus chaud et la nourriture est plus abondante. Les Sami, peuple de semi-nomades se nourrissaient essentiellement de renne et de poisson. Ils ne prélevaient que ce qui leur était nécessaire. La religion Sami est basée sur la nature est les éléments.

Dans le camp Sami de Batsuoji, nous avons pu découvrir les habitats traditionnels des Sami. Mais aussi manger du renne séché et boire un petit café autour du feu tout en écoutant les histoires de notre guide.

intérieur hutte sami en laponie

Batailles acharnées contre le gouvernement : la vie des Sami aujourd’hui

Nous avions une guide rien que pour nous et nous avons pu beaucoup parler avec elle de ses origines, des conditions de vie et du statut de Sami. Il est apparu très clairement que leur vie d’aujourd’hui est très très compliquée.

Aujourd’hui, les pays se vantent de protéger et garder les coutumes et langues locales au nom du patrimoine national. Après avoir été convertis de force au Catholicisme, les Sami se sont vus interdire de parler leur langue. Aujourd’hui aucune école ne propose de parler le Sami,  au bon vouloir du professeur d’en enseigner a ses élèves.

Selon notre guide, la Suède ne veut pas assumer la culture Sami comme “patrimoine à protéger”. Sinon cela reviendrait à assumer le mal qui leur a été fait par le passé.

En plus de se faire enlever leurs origines et interdire le fondement de leurs croyances, les Sami se sont vus attribuer des terres. Alors qu’originellement ils suivaient les troupeaux au gré des saisons. Une chance pour eux, ils ont droit à des parcelles dans les terres mais aussi sur la côte pour ne pas changer les habitudes des rennes.

Seul hic, chaque hiver, ils doivent transporter 3000 rennes en camion d’une terre à l’autre, car on leur interdit de le faire à pied.

panneau fesses de femmes laponie
Elevage de Rennes en Laponie
garde manger sami en laponie

Laponie : en plus du gouvernement, les prédateurs

Eleveur de rennes n’est pas une mince affaire, il faut aussi pallier aux problèmes de prédation. Et oui ! Dans ces régions, vivent aussi des loups, des lynx, mais aussi des ours. Et ils aiment bien à l’occasion se tailler une tranche de renne.
Les Sami peuvent protéger leurs troupeaux d’un prédateur uniquement s’il est prouvé qu’il a attaqué en premier. Ils ne doivent pas non plus abattre un prédateur qui a déjà tué (même 20s après) car le mal est déja fait.

Un tas de lois aussi compliquées qu’absurdes interdisent aux Sami de défendre leurs troupeaux pour la sauvegarde des espèces. Nous ne parlons pas ici des bergers Savoyards qui ont on un ras le bol des loups… Nous parlons d’un peuple qui vénère la nature, qui en a fait sa religio. Un peuple a qui ont interdit de faire sa propre régulation (sachant qu’ils vivent dans le nord de la Suède  depuis des milliers d’années).

Le constat est alarmant et cela s’est ressenti dans les paroles de notre guide. Les Sami sont amenés à disparaître car on leur impose toujours plus de contraintes.

Renne blanc en Laponie
camp de sami en Laponie
Rennes en Laponie Suédoise

Dormir sur un champ de tir: CHECK

Pour relire notre dernier article