Notre road trip en Amérique du sud se poursuit en Colombie avec une escale à Armenia, dans la mythique zona cafetera, région ou l’on cultive le célèbre Arabica Colombien. Initialement nous partions pour visiter le fameux Parque National del Café, qui n’a de fameux que le nom puisqu’il s’agit d’un énorme parc a thème ultra touristique proposant plus d’attractions que d’explications. Une fois n’est pas coutume, nous changeons notre Kalashnikov d’épaule et partons visiter la plantation de café de  Recuca.

En route pour la plantation de Recuca

Devenant de plus en plus Colombiens et de surcroit quasiment bilingues, nous choisissons les transports en commun pour nous rendre a la plantation de recuca. Le service de bus en Colombie est très bien rodé avec des passages toutes les 5 minutes sur les grands axes, la curiosité locale est que l’on arrête le bus a n’importe quel endroit sur un simple petit salut amical! Les voyages en bus ne coûtent que 1800 Pesos (0,70€) et on y a de vraies sensations. Dans ces petits bus de 22 places, on retrouve les croyances et le folklore local avec Jesus y Maria omniprésent sur les murs ainsi que des moumoutes et pendentifs hyper kitch à l’indienne.

transport en commun colombie
Jesus, Maria, moumoute et kitch, bienvenue dans les bus Colombiens

Visite de la plantation de café de Recuca

C’est David notre hôte de la veille nous avait conseillé Recuca et nous avons étés agréablement surpris. La visite nous a coûté 32.000 Pesos (12 € avec repas inclus), et le contenu était pour le moins folklorique et très enrichissant.
Jeep willis transport de café Recuca Colombie
Jeep Willis utilisée pour le transport de café dans les plantations

Première étape: découverte des tenues traditionnelles

Après s’être fait offrir un délicieux café de bienvenue, chacun de nous a été affublé de la tenue traditionnelle du ramasseur de café, foulard, machette, bâton, pagne , chapeau et besace, un grand moment de fantaisie! Dès le début de la visite, les 3 barbus Francais dans le fond ont été catalogués et acclamés.  Suite a cela hommes et femmes ont exécuté des danses rituelles plutôt comiques, nous avons d’ailleurs pas étés foudroyés par le ridicule.

 

costumes traditionnels des ramasseurs de café en Colombie
Costumes  traditionnels de cafeteros

 

danse traditionnelle des ramasseurs de café en Colombie
Costumes tradiotionnels de cafeteras et danse rituelle
danse des hommes zona caftera Colombie
Danse rituelle des hommes
rencontre avec les femmes zona cafetera Colombie
Rencontre avec les femmes, la plus vieille pour bibi

Deuxième étape: visite de la plantation et explications

Nous nous sommes ensuite dirigés vers la plantation où nous avons appris les rudiments agricoles de la culture du café. Rien que pour vous, voici quelques explications complémentaires:
– Il faut ramasser 7000 grains pour faire 1 kilo de café
– Il faut 25 grains pour faire une tasse de café
– Il faut 70 jours pour qu’un plant de café soit prêt à être mis en terre
– Il faut 2 ans a un pied pour qu’il commence a donner des grains
– La durée de vie d’un pied de café est de 15 a 18 ans.
– Les plus gros consommateurs de café sont les pays scandinaves avec entre 7 et 12 kilos de café par habitant et par an
– Nous autres Français ne sommes pas loin avec une consommation de 5 à 7 kilos de café par habitant et par an.
– Plus la plantation est en altitude plus le café sera fort.
– Pour pousser, le café a besoin de 50% d’eau et 50% de soleil.
– Les pieds de café ne doivent pas dépasser 2m sinon le goût est moins prononcé
– Un ramasseur récolte entre 120 et 150 kilos de café par jour

On remarque également de nombreux bananiers entre les pieds de café et aux alentours, la raison est la suivante, le café et les bananes poussent sur la même terre et bien souvent ces cultures sont couplées pour parer a une mauvaise récolte de l’un ou l’autre.

Plantation de café recuca Colombie
Rangs de café et costume en sac poubelle
plantation de café et bananiers Recuca Colombie
Plantation de café au creux de la vallée avec bananiers

Troisième étape: Le ramassage du café

Encore une fois, notre guide a fait essayer des tenues traditionnelles de ramassage a quelques personnes, bien sûr j’ai eu le droit à la plus moche.
Suite à cela, nous avons tous étés équipés d’un sceau pour aller ramasser les grains les plus murs dans la plantation. A noter que les grains une fois murs sont rouges!

Après 30 minutes de ramassage nous partons pour la pesée et recevons une paye symbolique. (Certains ont étés meilleurs pour ramasser des chenilles et se jeter des graines) .

Âne pour le ramassage du café en Colombie
Notre fidele bouricot éternel ami du cafetero
habit traditionnel pour le ramassage du Café en Colombie
Costumes traditionnels des ramasseurs, super clodo et super samourai
ramasseur de café en Colombie Recuca
Ramasseur de café professionnel en action au summum de sa concentration

Quatrième étape: transformation du café pour la consommation

Les graines ramassées sont ensuite passées au broyeur afin de retirer la pulpe (coque qui entoure les 2 grains de café) pour en extraire 2 grains couleur verte et a l’aspect d’une mogette.

Cette mogette est ensuite sechée un certain temps sur de grands tamis puis grillée a sec pour obtenir le grain de café de couleur marron que nous connaissons.

séchage des grains de cafés, plantation recuca Colombie
Grains de café en phase de séchage sur une grille avant
La visite a duré au total 3h et s’est achevée par une dégustation de café.

Cinquième étape: Le repas du ramasseur de café

Après tant d’efforts, nous nous attablons autour d’un copieux repas. Bol de lait avec cannelle et morceaux de mais en entrée, assiette de haricots rouges au lard, riz, galette de mais, chorizo, banane et œuf poché en plat de résistance. Le tout accompagné d’un jus citron cannelle. Je m’attendais a des pic et croc en dessert mais honnêtement nous étions repus!

Repas du Cafetero après la récolte Colombie
Apres l effort, le réconfort, le repas traditionnel du cafetero
En résumé, une très bonne expérience, enrichissante et gourmande pour un prix dérisoire. Une visite a ne pas manquer en plein cœur de cette région du café.
Constat du jour: Ce n’est pas a nous d’avoir peur des Colombiens, c’est a eux de nous craindre! (A partir de là on se sent mieux!)
Suite de l’aventure: découverte de Cali (ville chaude? Je n’y crois plus) et randonnée sous 40° dans le désert de Tatacoa.

Check-List: Ramasser du café déguisé en clodo: CHECK