Après nos aventures souterraines dans la mine de Potosi, notre voyage en Bolivie se poursuit plus au nord en direction de Sucre la capitale constitutionnelle du Pays. Une ville de 250 000 habitants, grande comme Strasbourg qui est pourtant la capitale méconnue de la Bolivie.
ville-de-sucre-bolivie-vue-d-en-haut
La « Petite » ville de Sucre vue d’en haut
Notre arrêt à Sucre ( Prononcer [Soucré] ) est motivé par deux raisons, la première étant que nous voulions à tout prix découvrir cette capitale que pourtant les guides de voyage ne poussaient pas à visiter et la seconde est qu’elle était un arrêt stratégique avant notre virée au fameux carnaval d’Oruro.
Depuis Potosi, nous nous rendons à Sucre en Taxi, soit 2h de route, on nous conseille de prendre un taxi, pas beaucoup plus cher que le bus et plus rapide d’ 1h. Nous arrivons au terminal de taxis et sautons dans le premier venu, autant vous dire que l’on a bien choisi… Nous tombons sur le plus gros Jacky Tuning du Pays avec sa voiture traficotée de partout, gros compteurs et ailerons de compèt.
taxi potosi sucre bolivie
Potosi – Sucre en Taxi tuning – Crevaison
En voyant la bête et le pilote, il est très aisé de comprendre pour quoi le taxi ne met que 2h à rejoindre la capitale. Petite histoire marrante, notre pilote à tout de même réussi à crever sur ce qui ressemble le plus à une autoroute!

Sucre, une capitale petite mais pleine de charme

Nous passons au total 3 jours à Sucre en prenant notre temps pour se balader à notre rythme et se reposer à l’auberge. Nous découvrons une ville à taille humaine très sympathique et très jolie, parsemée de bâtiments coloniaux et encadrée de grandes rues disposées géométriquement, chaque rue a son petit charme et chaque recoin de la ville recèle une curiosité, un monument ou un parc.
casa de la libertad sucre
Cour intérieure casa de la libertad Sucre
Nous nous baladons de rue en rue et découvrons tout un tas d’églises et de monuments religieux qu’affectionne tout particulièrement notre guide, Johan et tombons sur La Merced, cette petite église qui offre un superbe panorama sur les alentours.
patios-sucre-vu-de-la-merced-bolivie
Centre historique de Sucre vue du toit de La Merced
cloche sucre église
Sud de Sucre vu de la cloche de la Merced
Je parle bien d’églises mais en montre rarement l’intérieur, pour trois raisons:
– Il est souvent interdit de le photographier
– Johan réserve ces clichés pour sa Maman donc je ne veux pas briser la surprise
– Je ne suis pas très Bondieuseries donc j’en met le moins possible !
Autre histoire rigolote, sur la place centrale, la Plaza 25 de Mayo, un grand bâtiment administratif, fier, propre et imposant se tenait devant nous disposant d’une large coupole à son sommet. Notre Lonely Planet nous indique la chose suivante : « Si vous souhaitez monter en haut demandez le simplement ». Après l’avoir simplement demandé nous nous retrouvons à escalader l’un des bâtiments les plus hauts de la ville, se retrouvant seuls à son sommet après avoir grimpé un escalier en métal plutôt douteux et déconseillé aux personnes souffrant de vertiges.
playa de mayo sucre
Plazza 25 de Mayo, Sucre – vue d’en haut

 

Sucre et son Mercado central, nourriture et ambiance locale

Une fois devient coutume, nous nous essayons une nouvelle fois à la nourriture et à l’ambiance locale en s’installant dans la partie comidas du marché. Au milieu de ce marché, un immense patio rempli de monde qui chantait et dansait pour fêter l’ouverture du carnaval. Nous nous installons donc confortablement autour de l’un de ces petites tables toutes simples comme l’on trouvait chez nos grands mères et autour de nous une dizaine de cuisines où s’affairent des mamas pour préparer une dizaine de plats différents qu’elles nous proposent à la dégustation.
cuisine marché
L’une des cuisines du marché de Sucre, plats en tout genre
chorizo marché de sucre
Un bon vieux chorizo maison accompagné de ses légumes, ça requinque !

Cimetière de Sucre, Le père Lachaise Bolivien

Un après midi, nous nous rendons dans le cimetière de Sucre, un immense parc en pleine ville qui a des faux airs de père Lachaise, en effet, la première partie parcourue par une grande allée est entourée de monumentales tombes où reposent les riches Boliviens de ce monde (enfin de l’autre monde). Ne soyez pas déçus de n’en voir aucune photos, après tout les tombes des riches on s’en fiche !
La seconde partie plus impressionnante (selon moi) est composée de milliers de petites tombes en hauteur sur de grands murs interminables, il s’agit soit de tombes où l’on enfile les cercueils à la manière de lits chinois ou soit d’ossuaires un peu plus petits.
La partie avant de ces tombes est un petit autel où les familles déposent des souvenirs, chose très curieuse d’ailleurs, vous pouvez y retrouver des verres d’alcool, remplis régulièrement (l’évaporation doit être perçu comme un cul sec divin), des cigarettes allumées sur le bord d’un cendrier ou des mignonnettes de whisky.
Un autre petit truc marrant, des enfants proposent leurs services, une échelle autour du cou pour aider les plus âgés à déposer des offrandes sur l’autel de leurs proches partis trop tôt (où juste à temps)
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Enfant à l’échelle déposant des offrandes dans une tombe
cimetière sucre
Petite parcelle de tombes au sol entourées de casier mortuaires

Sucre en période de carnaval, un joyeux bazar

Nous tombons à Sucre en plein au début du carnaval qui va durer 2 semaines dans toute la Bolivie, autant vous dire que ce n’est pas notre miteux mardi gras avec nos crêpes un peu trop dosées en rhum. Toute la journée et toute la nuit, des fanfares se déplacent à leur gré dans toute la ville créant des embouteillages sur leur parcours improvisé. Nous avons pu nous imprégner de l’ambiance carnaval avant de plonger complètement à Oruro dans quelques jours. Les gens sont littéralement en transe et dansent en suivant des fanfares toutes plus dynamiques les unes que les autres.
carnaval sucre
Fanfare de rue carnaval de sucre – place du 25 Mai
Mais la période du carnaval en Bolivie, c’est aussi la guerre, une foutue guerre de rue qui dure toute la journée et qui oppose les garçons aux filles (et parfois aux gringos).En effet, durant ces 2 semaines, les jeunes (et moins jeunes) se munissent tous de fusils à eau monstrueux et de bombes à eaux vendues par sacs entiers sur le trottoir pour quelques centimes.
Bien souvent les garçons passent leur temps à arroser copieusement les filles mais il arrive aussi que nous autres Gringos soyons pris pour cible et autant vous dire qu’il ne faut pas se retrouver au milieu d’un échange de tirs. Petite anecdote sympa, en se baladant, un enfant de 4 ans équipé d’un gros fusil bleu et équipé d’une bonbonne  dorsale me regarde passer, me fixe droit dans les yeux et vide son fusil sur moi, Sale gosse! Aux fenêtres des écoles ou des bus, ces petits monstres nous guettent les yeux pleins de malice attendant le meilleur angle de tir pour nous tremper !
bataille d'eau sucre
Colonie d’enfants remplissant leurs fusils autour d’une fontaine
Mais c’est décidé, à Oruro les gringos ne se laisseront pas faire, suite au prochaine épisode…
Comme vous le voyez, Sucre en période de carnaval c’est une énorme fourmilière et il faut être aux aguets et prêts à faire la fête, à faire feu…
D’ailleurs, dernière petite anecdote, buvant tranquillement quelques bières assis dans l’herbe fraîchement tondue du parc Bolivar de Sucre, certes un peu éméchés mais très courtois, nous nous sommes fait aborder, très cordialement par 3 policiers à moto. Ils ont étés plutôt gentils en nous disant que nous devions les suivre au poste, n’étant pas censés ignorer la loi interdisant de boire dans un lieu public et que nous passerions 8h en cellule.
Leur sérénade a duré 5 bonnes minutes jusqu’à ce que notre ami Caramelo dans un Bolivien sans faille les dissuade de nous punir. Je crois que nos mères auraient étés désemparées de recevoir un coup de fil pour venir nous chercher en dégrisement à Sucre. Après ces émotions nous avons pu Vamos à l’Hostel et nous reposer.
Ce matin là à d’ailleurs vu des prouesses et le démontage en règle d’une salle de bain qui n’en demandait pas temps (ce n’est pas toujours prévu!).
Pour la suite de l’aventure Bolivienne, comme je vous en ai déjà un peu parlé, nous partons pour Oruro, le carnaval le plus important de Bolivie, le seul problème, aucun hébergement disponible, nous voilà donc partis en totale arrache pour 24h sans sommeil.
Check-List: Se frotter aux autorités locales et emporter la négociation: CHECK